LES SATELLITES DE TELECOMMUNICATION
A la fin des années 50, les communications téléphoniques internationales restent très difficiles car les câbles sous-marins ont une capacité réduite. Malgré les transmissions du couronnement de la reine d'Angleterre, Elizabeth II, la télévision ne permet pas encore des directs sur de longues distances. Les enregistrements sur bande magnétique sont transportés par avion. Un projet est alors mis en chantier : le satellite.

Spoutnik 1 - URSS (1957)

Spoutnik 2- URSS (1958)
L'Union Soviétique invente le premier satellite artificiel : SPOUTNIK 1. Il est mis en orbite le 4 octobre 1957. Le 3 novembre 1957, les russes lancent SPOUTNIK 2 avec à son bord, la chienne Laïka et enfin le 15 mai 1958, c'est le tour de SPOUTNIK 3. La réplique américaine ne se fait pas attendre : le 18 décembre 1958 les Etats Unis placent sur orbite le satellite SCORE. Il reste 34 jours en activité, période durant laquelle sept messages lui furent transmis par télex.
En 1962, TELSTAR 1 et RELAY révèlent au grand public l'importance des télécommunications transatlantiques en diffusant des Etats Unis vers l'Europe quelques transmissions de télévision. TELSTAR 1 a également été chargé de relayer des communications téléphoniques entre Andover (Etats Unis), Goonhilly Downs (Grande Bretagne) et Pleumeur Bodou (France).

Telstar 1 - USA (1962)

Vue aérienne du site de PLEUMEUR BODOU
(France)

Antenne de communication (Pleumeur Bodou)

Early Bird - USA (1965)
Le 6 avril 1965, le lancement d'EARLY BIRD marque l'inauguration du réseau commercial de télécommunications internationales par satellite ou INTELSAT. Créée en 1964 sous l'impulsion d'une société privée, la COMSAT et appuyée par le gouvernement américain, INTELSAT groupe aujourd'hui plus de 132 pays se partageant les services des satellites du réseau. Pour information, on peut préciser que les satellites de type INTELSAT VII (depuis 1993) peuvent gérer simultanément 18.000 connexions téléphoniques.
Les satellites utilisés servent généralement de relais amplificateurs (satellites actifs) ou parfois de simples réflecteurs d'ondes radioélectriques (satellites passifs).
Un satellite défilant ne permet l'établissement de liaisons que pendant l'intervalle de temps où il est à la fois visible d'un émetteur et d'un récepteur. Cette durée qui dépend de l'altitude orbitale du satellite (entre 1.000 et 10.000 Km) ne dépasse guère quelques heures par jour.
Le satellite géostationnaire, placé sur une orbite à 35.900 Km de notre planète, a une durée de révolution égale à la période de rotation de la terre, soit 23 h 56 mn. Tournant dans le même sens que la Terre, il peut occuper une position fixe à l'aplomb d'un lieu géographique choisi à l'avance. Avec trois de ces satellites on peut couvrir le globe et assurer en permanence le contact entre deux stations au sol, quelles que soient leurs localisations respectives.

Spot 4 - France (© Aérospatiale - Matra)
BILAN DES SATELLITES LANCES ENTRE 1957 et 1999
Satellites
URSS
USA
EUROPE
JAPON
CHINE
INDE
AUTRES
TOTAL
Succès
3.191
1.774
225
61
77
12
3
5.343
Echecs
186
158
29
8
9
4
3
397
Total
3.377
1.932
254
69
86
16
6
5.740